Ecrire aux élus

De nombreux collectifs citoyens ont émergé pendant la crise sanitaire de la Covid 19. Ils soulèvent un certain nombre de questions. Par exemple, beaucoup de personnes espéraient que la vaccination permettrait un retour à la normale. Or, un octogénaire ayant reçu les deux injections vient d’être débouté suite à sa demande de suspension des restrictions de déplacement par le Conseil d’État. Beaucoup d’erreurs, d’incohérences dans la gestion de la crise sanitaire sont résumées dans le document en pièce jointe intitulé « Rapport des collectifs citoyens sur la gestion de l’épidémie Covid 19 par le gouvernement ». Ce document a été rédigé en mai 2021, il reflète la position de très nombreux médecins, professionnels de la santé, collectifs citoyens et associations qui ont émergé à la suite de la crise sanitaire de la Covid 19. Afin de faire entendre leurs voix et faire évoluer les décisions prises, ils ont préparé  une démarche auprès des élus, députés, sénateurs, maires, conseil général et départemental. Cette action est fondamentale car les élus ne sont pas précisément informés des problématiques médicales. Il apparait donc important d’apporter un éclairage sur les nombreuses erreurs et incohérences des autorités sanitaires. C’est une étape indispensable pour les amener à assumer leurs responsabilités : agir pour porter la parole de leurs électeurs et pour peser dans l’orientation de la gestion de cette crise. Un second document concerne le droit des patients. Il a également été rédigé par un collectif de médecins et de citoyens.

Toutes ces informations devraient être diffusées et accessibles à tous. Après avoir pris connaissance de ces deux documents, vérifié les sources au travers des liens, en tant que citoyen, vous pouvez vous associer à cette action de trois façons différentes, que vous trouverez ci-dessous.

1/ Ecrire aux élus du département

On peut trouver les mails des députés du département à cette adresse https://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/liste/departements et les mails des sénateurs du département à cette adresse https://www.senat.fr/senateurs/sencir.html

Voici un exemple de texte pour le mail que l’on peut adresser aux élus avec cette pièce jointe : rapport des collectifs citoyens (et votre nom et votre commune)

Madame Monsieur le député, sénateur…  (à remplacer selon)

Je me questionne sur les mesures gouvernementales dans la gestion de la covid 19. Je m’inquiète car je relève des incohérences et le maintien de choix qui ne permettent pas de maîtriser l’épidémie mais qui nous plongent dans une crise sociale, économique, institutionnelle et sanitaire qui n’en finit plus. Beaucoup de personnes sont en souffrance. Allons-nous continuer de sacrifier nos enfants, nos PME, notre tissu social et notre démocratie ?

Tel que vous pourrez le constater dans le rapport en pièce jointe, de nombreux faits posent question sur la pertinence des décisions qui nous sont imposées et sur leur impact financier majeur.

Il me semble important que vous puissiez prendre connaissance de ces informations car, du fait de votre fonction et du mandat que vous avez reçu par des élections, vous détenez un rôle majeur pour protéger la population et surmonter ces crises dans lesquelles nous avons été entraînés. Il y a des solutions à mettre en place au niveau local, départemental, régional et national. Nous n’attendons pas du gouvernement et de nos élus un débat sur la lutte contre la propagation de l’épidémie de covid-19 par des mesures visant à interdire la circulation des personnes et des véhicules. Nous attendons que des véritables mesures pour lutter contre la Covid 19 soient envisagées, en particulier

  • appliquer la recommandation de l’académie de médecine concernant la prévention par la Vitamine D
  • appliquer la recommandation de la Société Française de Microbiologie et cibler en priorité les PCR positives fortes afin de casser les chaines de contamination, pour que la stratégie tester, tracer et isoler puisse avoir une bonne utilisation opérationnelle et soit efficace
  • traiter précocement les formes symptomatiques de la maladie, au lieu de freiner tout effort d’études et d’essais encadrés des traitements susceptibles de réduire le portage viral, comme l’a fait notre gouvernement

Pouvez-vous me tenir au courant  des suites que vous apporterez à ce courrier et de votre vision de la situation ? Il est urgent d’agir tous ensemble pour construire ensemble un futur qui prenne en compte les aspirations de tous. En vous remerciant pour l’attention que vous porterez à ce mail et des suites que vous y apporterez.

Cordialement

2/ Ecrire au maire de sa commune

Madame, Monsieur le maire,

Dans l’actuel contexte sanitaire et politique, je m’interroge au sujet de certaines mesures prises au détriment de la démocratie et de la santé des usagers, celle des enfants notamment.

Sur le plan de la démocratie, je pense que l’on peut faire face aux multiples enjeux de la crise sanitaire en renforçant la démocratie plutôt qu’en s’orientant vers un gouvernement autoritaire. Je m’inquiète du recul de la démocratie qui annihile les pouvoirs de décisions des acteurs locaux.

Sur le plan sanitaire, le rapport ci-joint, fondé sur des avis scientifiques, met en lumière les nombreuses incohérences et carences de la politique actuelle vis-à-vis de la Covid 19. Malgré tout, c’est au nom de cette politique que sont imposées à la population et, en particulier à nos enfants, des mesures délétères pour la vie sociale, la santé, l’économie, alors que leur efficacité contre le virus est très loin d’être avérée.

S’agissant du confinement, des publications ont mis en doute l’utilité du confinement de la population. Il a de plus favorisé les contaminations intra-familiales. Le président du conseil scientifique a déconseillé un nouveau confinement en février 2021 du fait de ses répercussions délétères sur le pays et du poids d’un endettement majeur.

S’agissant du port généralisé du masque en plein air et dans les locaux publics bien ventilés, au printemps 2020, les autorités avaient déclarées que cette mesure pour les bien-portants était inutile. Depuis, elles l’ont imposé alors que les études scientifiques récentes sont loin d’être unanimes sur l’utilité de cette mesure et sur les résultats qu’elle a déjà produits.

Les masques présentent par contre des risques à prendre en considération. Il est largement admis que la respiration prolongée d’un air trop chargé en CO2 est nocive pour la santé au-delà d’un certain taux. Or, plusieurs études ont conclu que l’air respiré lors d’un port prolongé du masque contenait nettement plus de C02 que le taux jugé généralement acceptable et sans danger.

Sur le plan psychologique, le port du masque généralisé, même s’il peut rassurer certains, entretient un climat général de peur et de stress délétères pour la santé.

Je me permets d’attirer tout particulièrement votre attention, en tant que responsable des écoles et des crèches, sur le fait que les enfants subissent la violence des mesures barrière. Cela impacte leur santé physique et psychique (maux de tête, troubles de la cognition et de la socialisation, lésions dermatologiques liées au lavage excessif des mains, culpabilisation excessive). On a vu augmenter le nombre d’admissions d’enfants en psychiatrie. Pour les plus jeunes, le port du masque compromet les apprentissages. Que va devenir cette génération de jeunes dont l’intelligence est étriquée par le port du masque et les injonctions autoritaires qui ne respectent pas leurs besoins humains fondamentaux ? Ceci est d’autant plus regrettable que la Société Française de Pédiatrie a rappelé que les enfants sont très peu contaminés et contaminants en matière de Covid 19.

Enfin, le port du masque durant de longs mois efface les sourires et l’expressivité des visages sur lesquels s’appuient notre communication humaine et notre lien social. Cela vaut pour les enfants, mais également pour nos anciens car c’est une aide précieuse à l’échange pour tous les mal-entendants, et à l’accompagnement des personnes âgées. La balance bénéfices-risques concernant le port du masque devrait donc être plus sérieusement et rapidement étudiée, particulièrement pour les enfants, et le débat scientifique à ce sujet n’est pas clos.

Concernant les vaccins à ARN / ADN qui ne disposent que d’une autorisation de mise sur le marché conditionnelle, on n’en connaitra la balance bénéfices risques qu’en 2022 ou 2024. Encore en phase d’étude, il y a donc consentement à donner, et donc un choix à faire en conscience pour chacun.

En tant que maire, vous êtes responsable de la santé et de la sécurité des citoyens. Certes, il est particulièrement difficile de savoir quelle est la meilleure attitude à adopter, étant donné l’abondance des informations contradictoires, les nombreuses incohérences entre les données scientifiques, les inconnues de la science, le principe déontologique inaliénable « d’abord ne pas nuire » et les directives gouvernementales qui sont imposées.

Certes, les élus locaux sont soumis, comme le reste de la population, aux lois et décrets édictés par le gouvernement dans le cadre de sa politique. Néanmoins, pour ce qui est de leur ressort, les municipalités peuvent avoir une marge de liberté dans l’adaptation des directives au contexte local, tout en restant dans la légalité. Il me semble important également qu’à l’échelle de la commune soit diffusée une information éclairée, afin que chacun puisse faire un choix en conscience et en liberté dans le respect d’autrui.

Bien cordialement.

3/ Ecrire à l’ordre des médecins

Il est possible aussi d’écrire à l’ordre des médecins pour faire respecter le droit des patients. Ceci est détaillé dans le texte « ordre des médecins et droits des patients ».

Voici l’adresse mail du conseil national de l’ordre des médecins : conseil-national@cn.medecin.fr

Pour trouver l’adresse mail du département : https://www.conseil-national.medecin.fr/contacts-ordre-des-medecins

Et voici un exemple de texte pour le mail destiné à l’ordre départemental des médecins et l’ordre national des médecins auxquels il faut ajouter cette pièce jointe : “Ordre des médecins droits des patients” .

A l’attention des membres du Conseil de l’ordre des médecins et de sa présidence,

Mesdames, Messieurs,

Je m’interroge sur les prises de position du conseil national de l’ordre des médecins durant la crise sanitaire de la Covid 19 et je souhaite vous informer de mes inquiétudes quant à la problématique du respect des droits des patients. C’est pourquoi je vous prie de prendre connaissance du document en pièce jointe, en espérant que vous en tiendrez compte.

Pouvez-vous me tenir au courant des suites que vous apporterez à ce courrier et de votre vision de la situation ? D’avance, je vous en remercie.

Bien cordialement

3/ Enfin, vous pouvez aussi relayer ces actions en transférant l’adresse de cette page à votre carnet d’adresse (en copie cachée CCI).